Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

L'UFICT, le syndicalisme CGT spécifique aux cadres.

Liens

Union départementale CGT de la Marne

http://www.udcgt51.fr/

 

Coordination CGT des services publics territoriaux rémois

http://cgt-services-publics-remois.over-blog.com/ 

 

Syndicat CGT Ville de Charleville-Mézières

http://cgtcarolo.over-blog.com/

 

Syndicat CGT des Agents Territoriaux de la Communauté d'Agglomération Charleville - Mézières / Sedan

http://www.cgtcomagglo08.fr/

 

Syndicat CGT du Conseil général des Ardennes 

http://www.cgtcg08.com/

 

CGT territoriaux Amiens

http://territoriaux-cgt-amiens-metropole.over-blog.com/

 

CGT Finances publiques 51

http://www.financespubliques.cgt.fr/51/

 

Conseiller du salarié 51

http://www.conseillerdusalarie51.fr/

 

Observatoire des Risques PSycho - Sociaux au sein de la Fonction publique territoriale

http://www.observatoiredesrpsauseindelafpt.fr/

 

 

Pour un management alternatif

30 juillet 2015 4 30 /07 /juillet /2015 18:23
Réunion du 7 juillet 2015 relative au projet de décret sur le télétravail dans la fonction publique

La réunion relative au projet de décret sur le télétravail qui s’est tenue le 7 juillet 2015 à la DGAFP poursuivait quatre objectifs :
examiner le projet de décret transmis par la DGAFP ;
recueillir les dernières observations des syndicats avant la rédaction d’une version stabilisée du texte ;
relever les points de désaccords qui pourraient être soumis à l’arbitrage de la Ministre ;
informer du calendrier prévisionnel des phases suivantes.

I. Synthèse des propos liminaires de la délégation CGT

Il n’est pas question pour la CGT d’acter un retour à un mode d’organisation du travail identique au travail en atelier au domicile du 19° siècle. Par ailleurs, en ces temps où sont mis en perspective une REATE II, dont nous combattons l’essentiel des dispositions et de la démarche envisagées, il n’est pas non plus à l’ordre du jour d’ouvrir ici une négociation sur des « aménagements RH » des conséquences de cette réforme.

Le télétravail est de droit pour un fonctionnaire depuis la publication de la loi Sauvadet n° 2012-347, au même titre que le temps partiel par exemple. Il est plus qu’urgent d’encadrer par un décret Fonction publique les multiples expérimentations du télétravail. De nombreux agents espèrent une amélioration de la qualité de leur vie au travail en adoptant ce mode de travail. L’argumentaire le plus souvent évoqué vise à restreindre les temps et les nuisances de transport jusqu’à son lieu de travail.

Tout nouvel aménagement des conditions d’exercice des fonctions, pouvant s’apparenter à des formes analogues au télétravail, dans le cadre de nouvelles réformes quelle qu’en soit la nature (comme travailler à 200 km de sa direction régionale uniquement par ordinateur par exemple) doit pour la CGT être défini par un décret dérogatoire. De la même manière les formes de travail similaires mais qui ne rentre pas dans la définition du télétravail (nomadisme, travail déporté à distance,…, au sein d’un même ministère, établissement, ou direction) devraient faire l’objet d’un encadrement réglementaire, que demande la CGT. Ces deux réalités ne doivent pas relever du décret sur le télétravail « ordinaire ».

II. Expression de la CGT lors de l’examen du projet de décret

1. Définition du télétravail

Pour la CGT : le télétravail est une nouvelle modalité d’exécution du travail. Il est distinct des périodes d’astreinte à domicile, ce qui doit être précisé d’une manière ou d’une autre, vu les tentations déjà présentes de certains employeurs publics. Il se pratique au domicile de l’agent ou dans des locaux professionnels distincts de son domicile.

2. Pendularité

Pour la CGT le temps de travail pour un agent à temps complet et en situation de télétravail ne doit pas excéder 50% du temps de travail sur une base mensuelle (ex : une semaine 2 jours et la suivante 3 jours maximum).

Le décret prévoit 3 jours maximum par semaine, mais calculé sur une base mensuelle (soit 12 jours maximum pour 4 semaines), soit 60% maximum d’un temps de travail complet. La CGT avait proposé une base mensuelle plutôt que trimestrielle.

Aucun « ciblage » de travailleurs en particulier (handicapés, femmes enceintes,…), stigmatisant et discriminant, ne peut être mis en perspective. Il ne doit pouvoir être dérogé à la règle du mi-temps maximum que sur la demande d’un agent, et après avis du médecin de prévention/travail, et sous certaines conditions, en attente par exemple d’un aménagement d’un poste de travail. Le projet actuel est plus satisfaisant que le précédent, mais demande à être borné par une durée limite et un projet d’aménagement du poste.

3. Exercice des fonctions en situation de télétravail

Sur la fixation d’une période d’adaptation au télétravail pour l’agent, la CGT s’y est opposé puisque tel qu’il est défini dans le code du travail c’est le travail qui doit s’adapter à l’homme et non l’inverse.

La CGT a porté l’idée d’une mise en œuvre qui s’apparenterait à celle des demandes de temps partiel (une demande tous les trois ans). La Fonction publique, plus restrictive pour une fois, propose une demande annuelle. Tout litige doit pouvoir être porté devant la CAP compétente, ce qui devrait pouvoir être acquis.

4. Droits et obligations

L’agent en situation de télétravail est un agent comme un autre, et à ce titre il doit bénéficier des mêmes droits (respect de la séparation vie privée/vie professionnelle : droit à la déconnexion, formation,…) et se conformer aux mêmes obligations (confidentialité, sécurité, plages horaires de travail, …). A ce titre il doit également continuer à bénéficier de toutes les prestations dont il bénéficiait en présentiel (transport ;…)

Le droit du travail impose à l’employeur de fournir à ses employés les moyens nécessaires à l’exécution de leurs tâches professionnelles. Aussi pour la CGT, et selon les termes de la loi, l’employeur doit prendre en charge tous les frais découlant du télétravail. La CGT a marqué son opposition à l’utilisation d’outils informatiques personnels notamment pour des raisons de sécurité et de responsabilité [NDR : Concepts explicités dans les techniques anglo saxonnes sous l’acronyme BYOD (Bring Your Own Device), que la CNIL évoque par l’expression « Apportez Votre Équipement personnel de Communication » (AVEC)].

5. Mise en œuvre et bilans

Concernant la santé au travail, la CGT a exigé avec force la consultation des CHSCT pour la mise en place du télétravail, puisqu’on touche à l’organisation du travail et qu’on introduit une nouvelle utilisation des technologies de l’information et de la communication. Les bilans annuels doivent non seulement être examiné en CT par le bilan social, mais aussi être un outil examiné en CHSCT. Les compétences géographiques et de visite des postes de travail au domicile par les CHSCT, dont le principe est acquis, doivent cependant faire l’objet d’études juridiques. La CGT souhaite que le décret soit plus offensif sur la prévention de la santé au travail.

Pour le temps de travail en situation de présentiel dans les services, la CGT a réaffirmé son hostilité aux « libres bureaux » [NDR : free seating ou desk sharing (utilisation d’un bureau physique partagé à tour de rôle par plusieurs salariés)].

III. Calendrier prévisionnel

Ce projet va faire l’objet d’une dernière écriture avant l’arbitrage ministériel. La version stabilisée du projet de décret sera soumis à la commission spécialisée « textes » du conseil commun le 17 septembre. Puis le Conseil Commun de la Fonction Publique l’étudiera dans sa séance du 24 septembre. Il sera ensuite soumis au Conseil d’Etat à la fin du mois de septembre. La publication du décret devrait probablement intervenir en novembre 2015.

Pendant cette période vont s’ouvrir d’autres séances de travail entre la DGAFP et les organisations syndicales pour aboutir à la rédaction d’un guide d’accompagnement, puisqu’un décret ne peut tout contenir.

Ces phases terminées, le décret sera suivi de négociation d’application à chaque niveau de la Fonction Publique. Un arrêté encadrera cette application pour chaque employeur public (ministère, collectivité territoriale ou établissement de santé). C’est ensuite l’arrêté individuel (qui n’est pas une convention et n’est pas signé par le fonctionnaire), ou l’avenant au contrat de travail (qui lui est signé par le contractuel), qui préciseront les conditions d’applications pour chacun-e.

Il n’est pas prévu par le décret de convention individuelle signée par l’employeur et le fonctionnaire, comme cela se pratique déjà, et que nous contestons : le fonctionnaire est dans une situation réglementaire et statutaire, et non contractuelle. Toute anticipation du décret allant dans le sens d’établir une convention signée par le fonctionnaire doit être bannie par les syndicats CGT concernés.

Le décret s’appliquera dès sa date de publication ou le 1er jour du mois la suivant (sans doute le 1er décembre 2015). Le guide d’application devrait paraître en même temps.

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 17:54
AU BOULOT, LES FEIGNASSES ! Absentéisme des fonctionnaires : des mensonges à la pelle

Le titre de cet article n'est pas le fait de l'UFICT RM mais de la lettre du cadre territorial...

Voici d'ailleurs l'intégralité de ce texte, rédigé par Nicolas Braemer, Rédacteur en chef, la Lettre du Cadre Territorial.

La faute des salariés l’absentéisme ? Et si le nombre de congés maladie était au contraire un indicateur de la santé des organisations de travail ? L’occasion de changer enfin notre vision du travail et de nous dire : mieux ça ira pour les salariés, mieux ça ira pour les organisations de travail.

Le même mois, nous avons eu droit, dans L’Express au « Fonctionnaires : les ravages de l’absentéisme » et aux « Les agents territoriaux sont de plus en plus absents au travail », ce second article du Figaro étant basé sur une récente étude mesurant les congés maladie des fonctionnaires territoriaux.

Quand l’absentéisme est en hausse (ce qui reste à vérifier : ni un titre de journal, ni une enquête menée par un cabinet privé ne font une vérité), c’est forcément parce qu’on a remis en place la journée de carence. Les salariés (et les fonctionnaires n’en sont qu’une catégorie plus fainéante) sont par définition des êtres vils, qui ne cherchent qu’une chose : en faire le moins possible au travail. Vous leur donnez la possibilité de ne pas travailler gratuitement en supprimant la journée de carence ? Évidemment, ils en profitent et l’absentéisme monte en flèche.

En chercher la cause véritable

Cette analyse est évidemment débile. D’abord, elle stigmatise à tort les fonctionnaires (dix jours après ce fameux article, L’Express expliquait que le taux d’arrêts maladie injustifiés était de 6 % pour les fonctionnaires, mais… de 10,8 % dans le privé). Mais surtout, elle fait l’impasse totale sur la responsabilité des organisations de travail. On sait pourtant l’influence qu’ont sur la santé au travail la dégradation des conditions de travail, la perte du sens, l’imprécision de la mission accomplie, les faiblesses du management (au mieux), ou la généralisation du management à la hache (vraie réalité du monde du travail à laquelle il faudra bien s’attaquer un jour), le durcissement des relations entre collègues, la peur généralisée de perdre son emploi, le burn-out, le harcèlement individuel et collectif…

Ceux qui sont confrontés au monde du travail savent que ce mal-être (doux euphémisme) est le plus puissant des moteurs de l’absentéisme.

Ceux qui sont confrontés au monde du travail, le vrai, celui que vivent chaque jour les salariés, du public comme du privé, ceux-là savent que ce mal-être (doux euphémisme) est le plus puissant des moteurs de l’absentéisme. Pour les agents territoriaux, il ne faut peut-être pas chercher plus loin que l’austérité que vivent les collectivités, frappées de plein fouet par la baisse des subventions et la disette budgétaire, et que la difficulté qu’ont les exécutifs territoriaux à donner un nouveau sens au service public dans ces conditions.

On ne le dira jamais assez : quand ça va mal dans une organisation de travail, quels que soient les symptômes (absentéisme, démotivation généralisée, perte d’efficacité, souffrance au travail…), la responsabilité en incombe au management (je comprends là-dedans les élus et le haut encadrement). C’est sur ces failles que se construit la défiance, c’est à lui de trouver les solutions pour faire repartir la machine. Toute autre attitude, notamment celle qui consiste à trouver des responsabilités en dehors de l’organisation de travail (journée de carence, statut de la fonction publique, mondialisation, Code du travail, salariat…) est irresponsable.

Source: http://www.lettreducadre.fr/11787/absenteisme-des-fonctionnaires-des-mensonges-a-la-pelle/?utm_source=flash-info-ldc&utm_medium=email&utm_campaign=flash-info-23-07-2015

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 12:08

Une mission d'évaluation du temps de travail des fonctionnaires que vient de confier le gouvernement au président du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale, Philippe Laurent, pourrait assouplir la réglementation, mais sans revoir les 35 heures dans le secteur public.

Où comment déconstruire les 35 heures sans le dire.

Ci-dessous le communiqué du Président du CSFPT.

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 18:25

Le Conseil d’Etat a précisé que les périodes de congés liés à l’état de santé des fonctionnaires ou agents non titulaires n’ouvraient pas droit à des jours de RTT. Dans le prolongement de cette jurisprudence, la cour administrative d’appel de Marseille a jugé qu’il en est de même s’agissant des congés de paternité, de maternité, d’adoption, d’accompagnement d’une personne en fin de vie ou encore des congés pour évènements familiaux. Cet arrêt semble généralisable aux trois fonctions publiques et pose la question du congé d’accompagnement d’une personne en fin de vie.

Sources: Cour administrative d’appel de Marseille, requête n°13MA01275

http://www.naudrh.com/

Partager cet article
Repost0