Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

L'UFICT, le syndicalisme CGT spécifique aux cadres.

Liens

Union départementale CGT de la Marne

http://www.udcgt51.fr/

 

Coordination CGT des services publics territoriaux rémois

http://cgt-services-publics-remois.over-blog.com/ 

 

Syndicat CGT Ville de Charleville-Mézières

http://cgtcarolo.over-blog.com/

 

Syndicat CGT des Agents Territoriaux de la Communauté d'Agglomération Charleville - Mézières / Sedan

http://www.cgtcomagglo08.fr/

 

Syndicat CGT du Conseil général des Ardennes 

http://www.cgtcg08.com/

 

CGT territoriaux Amiens

http://territoriaux-cgt-amiens-metropole.over-blog.com/

 

CGT Finances publiques 51

http://www.financespubliques.cgt.fr/51/

 

Conseiller du salarié 51

http://www.conseillerdusalarie51.fr/

 

Observatoire des Risques PSycho - Sociaux au sein de la Fonction publique territoriale

http://www.observatoiredesrpsauseindelafpt.fr/

 

 

Pour un management alternatif

24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 19:44

  La DRH a mis en place un groupe de travail sur les congés maternité, non sans raison 

  • 04
    MIN
  • 0

 

Le plafond de verre dans les ministères perdure, à en croire une enquête publiée le 24 juin par le ministère de la Fonction publique. Les mécanismes de promotion dans la haute fonction publique avantagent les hommes plutôt que les femmes, particulièrement à Bercy. 

 

 

Les rapports officiels et les mesures en faveur de l’égalité professionnelle se multiplient depuis plusieurs années. Pourtant, le plafond de verre et l’inégal accès des femmes à la haute fonction publique persistent. C’est ce que constate un très instructif rapport intitulé “Le plafond de verre dans les ministères”, publié par la direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) et dont une synthèse a été mise en ligne mardi 24 juin par le ministère de la Fonction publique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Certes, les actions deviennent plus contraignantes sous l’impulsion du ministère des Droits des femmes et d’une législation forte – la loi Sauvadet de 2012 introduit pour la première fois des quotas dans les nominations aux postes supérieurs. Mais il faudra du temps pour déraciner des mécanismes anciens. Les 6 auteurs ont mené enquêtes et entretiens dans 4 directions des ministères sociaux et de Bercy.

Le constat est sans appel, particulièrement à Bercy : “La limitation de l’accès des femmes aux positions dirigeantes est particulièrement manifeste dans l’ensemble des directions générales des ministères économiques et financiers.” Dans les directions étudiées, le personnel est féminisé à près de 60 % mais les femmes ne représentent que 24 % des catégories A +. Le rapport insiste : “Si la politique volontariste engagée à Bercy a pu entraîner des nominations féminines à de hautes responsabilités de l’administration centrale, la majorité des postes d’encadrement reste occupée par des hommes, de manière encore plus marquée dans les services déconcentrés.”

Le rapport relève plusieurs freins à la promotion des femmes dans la haute fonction publique. Parmi ceux-ci :

Horaires de travail. “L’anticipation d’une charge horaire trop forte est un facteur de renonciation des femmes et beaucoup plus rarement des hommes à postuler pour des postes de dirigeants ou d’accepter des postes de cabinet”, peut-on lire. L’une des directions de Bercy étudiées se caractérise par des horaires “particulièrement extensifs présentés comme la norme imposée”.

Femmes expertes, hommes managers. “Les femmes sont plus souvent cantonnées à des postes d’expertise.” Et pour progresser, le critère de compétences managériales prime sur celui d’expertise.

ENA : les femmes postulent moins. Entre 1999 et 2012, les femmes ont représenté 42 % des candidats à l’ENA et seulement 32 % ont été admises. La préparation requiert “une mobilisation psychique, temporelle et matérielle plus difficile à mettre en œuvre pour elles à une période de leur vie où elles vivent en couple avec un conjoint, bien souvent cadre lui aussi, et avec des enfants jeunes”.

Mobilité coûteuse. La norme de la mobilité répétée pour évoluer professionnellement agit différemment sur les carrières des hommes et des femmes. “Tandis que les premiers sont plus aptes à s’y soumettre, souvent suivis par leur conjointe, les secondes cumulent les obstacles : résistance de leur conjoint, affaiblissement du réseau familial en cas de déménagement, culpabilité de l’absence et réprobation sociale en cas de « célibat géographique » de la mère.”

Cooptation. Alors que les échelons supérieurs sont largement masculins, la cooptation passant par un supérieur hiérarchique favorise de fait les hommes. Un mécanisme pénalisant pour les femmes que les outils de mentoring et de coaching n'égalent pas.

Calendrier des naissances. L’enquête relève une interaction différenciée entre calendrier professionnel et “calendrier des naissances” pour les femmes et les hommes : “Avoir des enfants pendant les études, notamment pendant la scolarité à l’ENA dont le classement de sortie est déterminant, relève de l’impensable. Et il s’agit ensuite de trouver le meilleur moment pour enfanter ; éviter d’avoir plus d’un enfant sur le poste pour ne pas perturber excessivement l’organisation de travail et compromettre ses chances de promotion et dans certains cas planifier les grossesses entre deux postes.” Plus généralement, “la conciliation entre charges de travail et charges de famille est surtout un problème de femmes”.

Contrôler la féminité”. Alors que certains postes restent implicitement associés “à l’idée de virilité”, “les femmes composent avec cette norme à travers des performances de genre”. Les auteurs du rapport ajoutent : “En particulier, les témoignages font apparaître des stratégies de virilisation/neutralisation de la féminité mais aussi des usages stratégiques et circonstanciés de la féminité.”

Voilà une série de constats qui devrait faire réfléchir… L’enquête juge nécessaire de poursuivre études et analyses, dans toutes les administrations, y compris les services déconcentrés. Un travail de fond visiblement indispensable. 

Partager cet article
Repost0

commentaires