Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

L'UFICT, le syndicalisme CGT spécifique aux cadres.

Liens

Union départementale CGT de la Marne

http://www.udcgt51.fr/

 

Coordination CGT des services publics territoriaux rémois

http://cgt-services-publics-remois.over-blog.com/ 

 

Syndicat CGT Ville de Charleville-Mézières

http://cgtcarolo.over-blog.com/

 

Syndicat CGT des Agents Territoriaux de la Communauté d'Agglomération Charleville - Mézières / Sedan

http://www.cgtcomagglo08.fr/

 

Syndicat CGT du Conseil général des Ardennes 

http://www.cgtcg08.com/

 

CGT territoriaux Amiens

http://territoriaux-cgt-amiens-metropole.over-blog.com/

 

CGT Finances publiques 51

http://www.financespubliques.cgt.fr/51/

 

Conseiller du salarié 51

http://www.conseillerdusalarie51.fr/

 

Observatoire des Risques PSycho - Sociaux au sein de la Fonction publique territoriale

http://www.observatoiredesrpsauseindelafpt.fr/

 

 

Pour un management alternatif

29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 14:44

La CGT a apporté vendredi son soutien au Syndicat de la magistrature après le tollé suscité par un « mur des cons » dans le local de ce syndicat où figurent des portraits de personnalités, estimant que « l'action et la pensée syndicale ne peuvent être criminalisées en démocratie ».

 

« Depuis deux jours, le courroux politico-médiatique s'est abattu sans relâche sur nos camarades du Syndicat de la magistrature. Les raisons invoquées sont disproportionnées et délirantes », affirme dans un communiqué la CGT.

« Les déchaînés du mur des cons et leurs partenaires leur reprochent donc d'avoir acté leur liberté de penser syndicale, leur liberté de penser le fait et l'individu politique avec humour dans un local privé ! N'a-t-on donc plus le droit en France d'avoir de l'humour ? », demande la CGT.

« Après la criminalisation de l'action syndicale, après le rejet inacceptable du texte d'amnistie, nous sommes contraints de constater que la liberté de penser dans un lieu privé devient criminel », affirme la CGT. En revanche, la CGT estime que « les propos et discours homophobes entendus ces derniers temps, les appels indirects à la haine ou les menaces de guerre civile de la part de responsables politiques, associatifs, religieux ne sont pas sanctionnés à la hauteur du danger que ces actes collectifs représentent pour notre démocratie».

Partager cet article
Repost0

commentaires