Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

 

 

 

L'UFICT, le syndicalisme CGT spécifique aux cadres.

Liens

Union départementale CGT de la Marne

http://www.udcgt51.fr/

 

Coordination CGT des services publics territoriaux rémois

http://cgt-services-publics-remois.over-blog.com/ 

 

Syndicat CGT Ville de Charleville-Mézières

http://cgtcarolo.over-blog.com/

 

Syndicat CGT des Agents Territoriaux de la Communauté d'Agglomération Charleville - Mézières / Sedan

http://www.cgtcomagglo08.fr/

 

Syndicat CGT du Conseil général des Ardennes 

http://www.cgtcg08.com/

 

CGT territoriaux Amiens

http://territoriaux-cgt-amiens-metropole.over-blog.com/

 

CGT Finances publiques 51

http://www.financespubliques.cgt.fr/51/

 

Conseiller du salarié 51

http://www.conseillerdusalarie51.fr/

 

Observatoire des Risques PSycho - Sociaux au sein de la Fonction publique territoriale

http://www.observatoiredesrpsauseindelafpt.fr/

 

 

Pour un management alternatif

13 novembre 2017 1 13 /11 /novembre /2017 16:20
170 agents en AG pour débattre et agir

170 agents réunis en assemblée générale

 

Exigent :

  • La titularisation de tous les précaires (contrats aidés – remplaçants non titulaires)
  • La prise en charge de l’augmentation COLLECTeam par l’employeur

 

Appellent à la journée d’action du 16 novembre 2017

A l’initiative de la CGT et de l’UFICT CGT, 170 agents des administrations territoriales rémoises (Caisse des écoles, CCAS, Grand Reims et Ville de Reims) se sont réunis dans la salle des fêtes de l’hôtel de Ville.

 

Au menu de cette Assemblée Générale figuraient :

  • La politique gouvernementale en direction du secteur privé : loi travail, fiscalité favorable aux riches, etc.
  • La politique gouvernementale en direction des fonctionnaires (CSG, jour de carence, gel du point d’indice, projet de déliaison du point d’indice entre les 3 versants de la fonction publique)
  • La politique gouvernementale en direction des collectivités et des services publics : austérité budgétaire, suppression de postes par dizaines de milliers).
  • Le sort des contrats aidés et autres précaires
  • L’augmentation indue des tarifs de COLLECTeam
  • La préparation des entretiens annuels d’évaluation
  • La  journée d’action du 16 novembre

 

Eric Hivet (CGT Ville de Reims), Karim Lakjaâ (UFICT CGT du Grand Reims) et Vincent Varlet (CGT Ville) ont introduit les débats qui ont permis à une dizaine de collègues de prendre la parole.

170 agents en AG pour débattre et agir

Echanges sur la situation nationale et ses implications locales

 

Le contexte national a donc été rappelé. Tant en ce qui concerne les attaques contre les salariés du privé (Loi travail) que contre les agents du public.

 

Quelques points ont été précisés :

  • L’incertitude demeure sur la compensation de la hausse de la CSG, notamment le taux réel de compensation.
  • 13 milliards d’euros voilà ce que le gouvernement entend ponctionner dans le budget des collectivités locales. Dans la presse locale, une perte de 9 millions a été évoquée.
  • 120 000 c’est le nombre de fonctionnaires dont 70 000 territoriaux (environ 1100) que le gouvernement souhaite éliminer.
  • 1.2% c’est le taux maximal d’évolution des dépenses publiques des collectivités que le gouvernement entend imposer. Ce alors qu’il faut de 2 à 3% pour assurer le seul Glissement Vieillesse Technicité des agents (avancement d’échelon, avancement de grade, promotion).

 

Tout cela conduit à la dégradation des conditions de travail, de la qualité du service public et de son accessibilité. L’exemple du service commun des autorisations d’urbanisme a été donné.

 

Cela peut conduire à une dégradation de l’état de santé, aggravée par le jour de carence. Une étude de l’INSEE sortie la semaine dernière démontre que le jour de carence à conduit à un tel phénomène, avec des arrêts plus long et des agents contraints de poser des jours de congés.

 

Echanges sur la situation locale et les actions pour peser collectivement

 

  • De la précarité

 

Un débat s’est instauré sur les contrats aidés et la suppression de ceux-ci. Il s’est élargi aux remplaçants non titulaires, aux agents à temps non complets, aux services civiques et stagiaires qui bouchent souvent les trous.

 

Des collègues sont intervenus sur les différents formes de précarité autour d’une question : c’est quoi être précaire ? Précarité statutaire mais aussi financière !

 

Il a été décidé de mettre en place une pétition et d’adopter (à l’unanimité) une motion demandant la titularisation de tous les précaires statutaires.

 

Il a également été décidé de demander la relance de l’observatoire interne de la précarité et de communiquer en direction des usagers par le biais d’une conférence de presse.

 

Il a été souligné que la mobilisation de l’ensemble des agents et des syndicats était nécessaire.

 

A l’issue de l’Assemblée générale, la pétition a été massivement signée par les participants ; Beaucoup repartant avec des exemplaires vierges pour leur service.

 

  • COLLECTeam

 

Sur la base des éléments apportés par COLLECTeam, il apparait que :

  • L’augmentation de la sinistralité n’est pas démontrée.
  • Les recettes (prévoyance) sont supérieures aux prestations versées.
  • COLLECTeam a mis en place des provisions techniques exorbitantes à l’origine du déficit du contrat.

 

De manière générale, il y a un défaut de transparence de COLLECTeam. Ce dernier a souvent sur d’autres territoires procédé de la même manière : à savoir une augmentation de 25% à 35% au bout de trois ; avec le même courrier de justification (le nom de la collectivité et la date étant les seuls éléments modifiés).

 

COLLECTeam est donc un groupe financier, un prédateur intervenant dans le secteur de la santé.

 

Reste que le niveau de prestations versées tant en complémentaire qu’en garantie maintien de salaire démontre à lui seul l’utilité sociale et le besoin d’un tel dispositif.

 

L’AG a donc décidé d’exiger de l’employeur la neutralisation pour les agents qui y ont souscrit, des effets de l’augmentation des tarifs de COLLECTeam.

 

Ici aussi,  a été souligné que la mobilisation de l’ensemble des agents et des syndicats était nécessaire.

 

 

  • Les évaluations professionnelles de l’année 2017

 

La DRH a produit une note de 7 pages sur cette question haut combien importante.

 

En effet, le Compte-Rendu de l’Entretien Professionnel (CREP) détermine désormais de nombreux éléments, comme la rémunération, la formation, la charge de travail, l’avancement de grade, etc.

 

La rémunération : avec la mise en place du RIFSEEP, notamment d’un Complément Individuel Annuel, le CREP constitue un moment pouvant peser à la négative sur votre rémunération. La DRH énumère les rares cas où cela possible (pages 6 et 7 de la note). Si telle est votre situation, contactez la CGT ou l’UFICT CGT. Rappel, le CIA pour tous à 100% constitue la reprise d’une revendication portée le mouvement de l’automne 2016 et initié par la CGT.

 

La formation : vous êtes invités à formuler au maximum 5 choix. Faites-le. Seules les formations inscrites au CREP sont prioritaires.

 

La charge de travail : Lors du CREP, votre profil de poste peut évoluer. C’est l’occasion de vous « refiler » une partie du travail jusqu’à présent réalisé par un collègue parti à la retraite ou un emploi aidé licencié et non remplacé. N’acceptez pas de faire le boulot de deux en échange de promesses qui n’engagent pas ce qui les tiennent.

 

L’avancement de grade : le contenu du CREP sert pour l’établissement des tableaux d’avancement de grade. Chaque mot du CREP compte donc.

 

Quel que soit le problème, contactez la CGT et/ou l’UFICT CGT…

 

La pétition pour la titularisation des précaires

Note de la DRH sur les entretiens professionnels

Partager cet article
Repost0

commentaires